Tendinite et kinésithérapie : soulager vos douleurs

Tendinite ? Tendinopathie ? Tendinose ? Késako ?

Que vous soyez un sportif du dimanche ou un véritable athlète, il est fort probable que vous vous retrouviez un jour confronté à un problème de tendon.
Comme pour toute autre blessure, il est très important de comprendre les causes et origines d’une tendinite pour en assurer une bonne prise en charge et une guérison complète.
La kiné est-elle efficace pour traiter une tendinite, quel que soit son emplacement ? On vous explique tout !

Il est important de bien s'échauffer

Douleur au tendon : causes, symptômes

Tendon et tendinite

Le tendon est une partie de la structure musculaire qui attache le corps musculaire à l’os. On retrouve des tendons aux deux extrémités d’un muscle (la plupart du temps…). Attachés sur deux os différents, ils permettent au corps humain d’effectuer ses mouvements.
Le tendon, comme le muscle, gagne en efficacité en étant entraîné et s’adapte progressivement aux efforts qu’on lui demande de fournir. Il peut cependant être “blessé” suite à des sollicitations inhabituelles et trop violentes ou en cas de gestes répétitifs au cours desquels il serait soumis à des “frictions” trop fréquentes.
Une douleur peut alors apparaître, c’est ce que l’on appelle parfois la tendinite ou tendinopathie… Bref un problème de tendon !

Différentes causes de blessure au tendon

Lors de l’analyse de votre blessure, il faut prendre en compte de nombreux facteurs tels que : la fatigue, le stress, la fréquence de votre pratique sportive, la prise de médicaments, votre niveau de tabagisme ou vos habitudes de gestuelle professionnelle.
D’autres motifs ne dépendant malheureusement pas de notre bon vouloir peuvent également influer ou augmenter les risques de tendinite : l’âge, le sexe, la génétique ou une maladie chronique par exemple.

Les symptômes de “tendinite”

Si vous éprouvez une douleur aux “tendons”, il est fort probable que vous souffriez d’une “tendinite”. Cette douleur peut apparaître seulement après l’effort ou une série de mouvements répétitifs précis. Si elle n’est pas traitée, la souffrance pourra devenir constante.
Bien que ce cas soit plus rare, il est possible de ressentir une sensation de crépitement à la place de la douleur ou même de ne rien sentir du tout. Dans ce dernier cas, c’est l’aspect gonflé de la zone douloureuse et des difficultés de mouvement qui pourront alerter.

Position de travail
Une mauvaise position au travail peut causer une tendinite

Les différentes tendinopathies

Il existe de nombreux types de “tendinites”. Les plus courantes sont :

  • Le tennis elbow également appelé épicondylite, épicondylalgie latérale ou tendinite du coude. Cette douleur touche les muscles de l’avant-bras, au niveau de leur insertion sur le coude. Comme son nom l’indique, elle est généralement liée à des mouvements répétitifs du bras et de la main (comme ceux qu’accomplirait un tennisman).
  • La tendinite d’épaule ou tendinopathie de la coiffe des rotateurs. Très fréquente, cette tendinite est liée aux mouvements de rotation et d’élévation de l’épaule. Elle entraîne généralement une vive douleur lorsqu’on lève le bras dans un angle compris entre 80 et 120-130° par rapport à la verticale. C’est ce que l’on appelle l’arc douloureux.
  • Tendinite ou tendinopathie rotulienne. Elle provoque une douleur forte sous la rotule (au niveau du genou) après l’atterrissage d’un saut, lors de la course à pied, parfois même simplement à la marche ou lorsqu’on tente de se mettre à genoux. On peut également ressentir des symptômes lors de la montée ou plus particulièrement lors de la descente d’escaliers.
  • La tendinopathie d’Achille ou tendinite du tendon d’Achille (et non pas du talon d’Achille !) qui est relativement fréquente. Elle survient chez des personnes qui pratiquent généralement une activité sportive comme la course à pied ou des sports impliquant des sauts. La douleur peut-être localisée au niveau de l’insertion, au niveau de l’arrière pied, au niveau du talon ou parfois dans la partie corporéale du tendon. La douleur survient lors de la flexion plantaire (montée sur la pointe de pied) dans les efforts de poussée. Le tendon concerné peut alors apparaître plus volumineux que l’autre.
  • La fascite plantaire ou aponévrosite plantaire est une douleur au niveau de la voute plantaire. Il peut s’agir d’une inflammation de l’aponévrose plantaire ou de douleurs tendineuses du pied. Concrètement la douleur ressemble à une crampe sous la voute plantaire ou au niveau du talon principalement lors de la marche.

Plusieurs termes pour définir un même sujet ? Pour aller plus loin dans la compréhension des problèmes de tendon, on peut également différencier la pathologie qui concerne le tendon lui-même (ténosynovite) de celle qui concerne l’insertion du tendon sur l’os (enthésopathie) ou encore une pathologie du corps du tendon (tendinopathie corporéale). Des distinctions qui peuvent aider à déterminer le traitement le plus adapté au problème, notamment lorsque l’on souhaite soigner sa tendinite par la kinésithérapie.


planche médicale montrant un tendon d'achille

Soigner une tendinite avec la kiné

Les membres du cabinet PhysioActiv ont eu la chance de suivre la formation de la kinésithérapeute australienne Jill Cook. Celle-ci propose un modèle des douleurs tendineuses à connaître pour comprendre comment soigner la tendinite.
Pour Jill Cook, le corps est un système adaptatif qui supporte et encaisse des contraintes mécaniques (mais pas que) et répond à une demande. Ce corps et les structures qui le composent s’ajustent et endurent ces pressions dans la mesure où celles-ci sont progressives et régulières.

Dès lors que des activités intenses ou bien répétitives sont réalisées, le tendon (parmi d’autres structures corporelles) peut réagir à cette surcharge par une phase inflammatoire. La douleur est vive et un repos relatif semble adapté. C’est ce qu’on appelle une tendinopathie réactive ou réactionnelle suite à un stress inhabituel.
Par la suite, une reprise de l’activité est nécessaire afin de développer la force et la capacité du tendon à accepter des contraintes.

Dans tous les cas, l’arrêt de tout effort (sportif ou quotidien) est à éviter.

Certains cas de “surcharge” peuvent faire basculer le tendon d’une phase “réactionnelle” ou “réactive” dans une phase chronique. Les personnes touchées ne présentent plus de douleur intense et se sont habituées à des douleurs modérées quotidiennes. Elles ont alors commencé à compenser celles-ci en modifiant leur activité, pratique ou geste sportif. Des douleurs intenses peuvent cependant encore survenir. A l’examen clinique, on constatera souvent une perte de force musculaire.
Ces cas nécessitent un suivi plus long avec une reprise progressive de l’activité. Des exercices adaptés seront prescrits par votre kinésithérapeute et adaptés en fonction de votre récupération fonctionnelle.

Ne pas traiter une “tendinite”, c’est vous exposer au risque qu’elle devienne chronique. Les lésions aux tendons, non soignées, vont perdurer.

Attention, cela ne veut pas dire pour autant que la tendinite chronique n’est pas soignable. Le recours à la chirurgie dans le cas d’une tendinopathie est très rare et n’intervient que si tous les autres traitements ont échoués.

Traitement de kinésithérapie pour tendinite

Il existe différentes manières de soigner une tendinite par la kinésithérapie. Dans un premier temps, et face à une vive douleur, le repos et la prise de médicaments anti-inflammatoire peuvent être conseillés par votre médecin traitant. Sur le long terme, il est important d’envisager un vrai travail de renforcement musculaire.

  •   Le travail musculaire isométrique / excentrique / concentrique / plyométrique

Le renforcement musculaire, qu’il soit excentrique (en allongement), concentrique (en racourcissement), isométrique (statique), plyométrique (étirement-racourcissement) peut avoir un intérêt. Diverses options sont à envisager en fonction de votre état.
La contraction musculaire excentrique a été décrite dans des protocoles comme celui de Stanish ou d’Alfredson. Cette pratique permet au tendon de mieux supporter les contraintes qu’on lui impose et de gagner en amplitude de mouvement. Attention cependant, car mal réalisé le travail musculaire excentrique pourrait empirer le problème.
L’équipe de Jill Cook a plus récemment proposé de réaliser du renforcement isométrique. Celui-ci semble notamment dans le traitement des tendons des membres inférieurs.
D’autres protocoles à base de renforcement comme le “slow-heavy-load” ont également prouvé leur efficacité dans plusieurs études scientifiques.

  • Ondes de choc

Le traitement par ondes de choc a pour objectif de percuter les zones du tendon à traiter à l’aide d’un appareil adapté. Réagissant aux microlésions créées par l’onde de choc, le tendon déclenche son processus de cicatrisation. Le « pistolet » utilisé par le kinésithérapeute est appliqué à même la peau. Les ondes envoyées viennent casser les fibres musculaires abîmées, une sensation désagréable, mais pas douloureuse.
Les preuves de l’efficacité de cette méthode sont modérées sur la plupart des pathologies. Nous n’en sommes d’ailleurs pas équipés au sein du cabinet PhysioActiv. On peut tout de même noter un intérêt des ondes de choc dans le traitement de fascite plantaire ou de tendinopathie d’Achille n’ayant pas répondu aux interventions classiques.

  • Massage transverse profond ou MTP

Le massage transversal profond est une autre solution pour traiter la tendinite avec la kinésithérapie sur le long terme. Le principe : effectuer des pressions et frottements appelées “frictions” sur la zone douloureuse, perpendiculairement à la longueur du tendon. Un moment pénible, mais qui permet de réduire naturellement l’inflammation.
Les preuves d’efficacité restent limitées mais cliniquement, les résultats sont parfois très intéressants.

  • Le dry-needling

Là encore, le traitement par dry-needling du muscle et du tendon peuvent aider à soulager les symptômes de la tendinopathie et permettre au patient de se remettre en mouvement !
Les preuves d’efficacité de cette technique restent limitées pour le moment, mais notre expérience clinique montre que certaines personnes répondent positivement à ce type de traitement, utilisé en complément d’autres thérapies.

utiliser le froid pour soulager une tendinite

Prévention des tendinites

Pour prévenir une tendinite, il est important d’adopter des réflexes simples.

Essayez de pratiquer régulièrement une activité et augmentez progressivement le niveau de charge appliquée à votre tendon.
Concrètement, si vous n’avez jamais couru, ne commencez pas à faire des sorties de 2h…. Si vous n’avez jamais fait de musculation, évitez de charger les appareils comme des personnes plus expérimentées et n’allez pas vous entraîner 7j/7…

Pratiquez du renforcement musculaire au moins une à deux fois par semaine afin de faire travailler différemment vos muscles et tendons, même si vous pensez que votre activité n’en nécessite pas !
Un exemple flagrant : la course à pied. Il a été prouvé que le renforcement musculaire spécifique du mollet / pied / quadriceps / fessiers / ischios-jambiers /sangle abdominale réduit le nombre de blessures et permet une amélioration globale des performances.

Pensez à votre hygiène de vie (tabac, alcool, sommeil, hydratation, alimentation) ! C’est la base d’une bonne santé durable !
On ne le répètera jamais assez, vous aurez beau vous entraîner parfaitement et faire de “bons mouvements”, si votre sommeil, ou votre alimentation sont perturbés, vous serez plus facilement sujets à des soucis de tendons (mais pas que).

Pas d’auto-traitement !
Dans le cas où vous commencez à percevoir des douleurs récurrentes ou fréquentes à un tendon, consultez un professionnel de santé. Votre médecin généraliste ou votre kinésithérapeute sont formés pour vous recommander le traitement le plus adapté à votre blessure.

Traiter une tendinite par la kinésithérapie permet bien souvent de venir complètement à bout des douleurs tendineuses. Grâce à diverses techniques, il est possible de diminuer rapidement les douleurs et de retrouver sur le long terme une mobilité intégrale du tendon blessé. Faire appel à un spécialiste vous assure un diagnostic fiable. Forts de leur expérience dans le domaine, les kinés de l’équipe Physioactiv vous accueillent au cabinet pour des soins ciblés. Une première séance permettra au thérapeute de déterminer les causes de votre tendinite et d’adapter votre traitement en conséquence.

à lire également :

pratiquer le sport en toute serenité

Post A Comment